Le pari du bonheur

l'univers graphique et poétique d'Aline de Pétigny

Editions Pour penser à l’endroit !

Trois contes écrits en quelques jours, une illustration reprenant mes dessins d’enfance, une évidence que l’auto-édition était le chemin à prendre… C’est ainsi qu’est né ce livre, en septembre 1999. Pour la petite histoire, c’est Freddy qui l’a imprimé à l’époque. Et c’est Xavier qui était le commercial de l’imprimerie. 23 ans plus tard, c’est toujours Xavier et Freddy qui nous accompagnent ainsi que l’équipe de BDM.

Trois contes pour un livre.

“La princesse et la bergère” qui aborde le sujet du bonheur simple. 

La simplicité volontaire, aller vers où nous porte notre cœur, l’importance de l’essentiel. Un thème évident pour moi il y a 23 ans, et je pense encore plus important aujourd’hui.

“La robe invisible”, sur le deuil. 

Ah ! comme j’ai pleuré en écrivant cette histoire ! Je ne peux d’ailleurs la lire à haute voix, les larmes reviennent. Mes grands-mères étaient là sans aucun doute possible, près de moi, pour que je pleure ainsi. Combien d’adultes j’ai vu avoir peur de cette histoire. Aborder la mort avec un enfant, n’est-ce pas trop dur ? Mais je pense que ces personnes, pour la plupart, avaient plus peur de leurs réactions que celles de leur enfant !

C’est une histoire de tous les possibles qui peut-être vue de plusieurs façons. A chacun ses croyances… 

“Victor le petit ours qui pensait à l’envers” parle de la confiance en soi. 

Combien d’enfants ont appris avec cette histoire à « penser à l’endroit », c’est à dire à commencer les choses en se disant qu’ils vont y arriver ?

J’ai écrit cette histoire en pensant à mon fils ainé, mais je suis bien incapable d’expliquer comment cette idée de « penser à l’endroit » m’est venue, mais c’est cette histoire qui va donner, trois ans plus tard, en 2002, son premier nom à la maison d’édition : Editions Pour penser à l’endroit, avec « à l’endroit’ bien sûr toujours écrit… à l’envers !

Pourpenser a 20 ans et je vous raconte

chapitre 1 –

Tout voyage commence par un premier pas.

mémo philo –
Feuille de la première impression du livre
« La princesse et la bergère et deux autres contes »

Pourpenser n’a pas vraiment 20 ans, plutôt 23 ans si on inclut, et il faut les inclure, les trois années d’auto-édition. 

Tout à commencé en 1999 par une amie qui m’a demandé d’aller lui chercher un livre dans une librairie de développement personnel à Nantes. Je ne sais pourquoi, spécialement ce jour-là, j’ai eu envie de demander à la libraire ce qu’elle avait comme livre pour les enfants sur des sujets tels que le bonheur, la mort, la confiance.  Elle m’a proposé un seul livre qu’elle a pris derrière son comptoir. C’était un livre que l’on voyait partout à l’époque. Il a eu beaucoup de succès, grâce à ses illustrations colorées et sa belle couverture qui brillait ! Mais l’histoire, pour la résumer, était celle d’un poisson qui s’arrachait ses écailles pour les donner et ainsi avoir des amis. 

C’était le seul livre qu’elle avait pour les enfants. Et ce qui était transmis à travers ce livre sur la façon de se faire des amis ne m’emballait pas ! J’étais même étonnée de le voir dans une telle librairie. 

J’ai donc fait une deuxième librairie. Même question. La personne m’a alors proposé des contes bretons avec l’Ankou. 

Je n’ai rien contre les contes bretons. Mais ce n’était pas du tout ce que je lui demandais. 

Je suis donc rentrée chez moi et durant quatre ou cinq jours, peut-être un peu plus, je ne sais plus, j’ai écrit trois contes.

“La princesse et la bergère” qui aborde le sujet du bonheur simple. 

“La robe invisible”, sur le deuil. 

“Victor le petit ours qui pensait à l’envers” qui parle de la confiance en soi. 

Avant cette date, j’ai régulièrement dit que jamais au grand jamais je m’auto-éditerais. 

Mais là, j’ai su que c’était le chemin à prendre et la facilité avec laquelle il s’est tracé m’a confirmé mon choix… Était-ce vraiment mon choix ? Quelquefois j’en doute !

Une amie à qui je parle de mon projet et qui quelques jours plus tard me fait rencontrer un imprimeur de ses amis qui me dit alors aussitôt  : « ça me plaît. J’imprime et tu me paies quand tu peux. »

Quand le chemin s’ouvre si facilement il serait absurde de ne pas le prendre.

C’est ainsi que fin 1999 paraissait la princesse et la bergère et deux autres contes. 

Pourpenser commençait à exister, pas encore une maison d’édition, mais c’était le début. 

Visite à Ophélie, à Terre vivante


Quel plaisir de revoir Ophélie après deux ans sans se voir sur les salons !

Je connais Ophélie derrière le stand des éditions Terre Vivante, mais la voir dans son élément naturel, en pleine nature, quel bonheur ! La vraie nature d’Ophélie est de conter, d’inventer des histoires, de les chuchoter à l’oreille des petits mais aussi des grands.

Elle est donc conteuse et animatrice à Terre Vivante, le lieu !

Et quel lieu ! 

Nous avons eu juste le temps, avant que la pluie n’arrive, de nous promener dans ce site à la fois simple et riche.

Si d’aventures vous avez l’occasion, n’hésitez pas à faire un petit détour pour écouter Ophélie…

Rencontrer, traverser, partager…

Rencontrer des personnes que nous ne connaissons pas et comme par magie, se dire que certaines sont déjà des ami-es.

Traverser la France et se dire que point n’est besoin d’aller plus loin pour voir de beaux paysages, surprenants, grandioses, touchants.

Partager des soirées en partant sur le thème de l’intuition mais sans trop savoir où cela va nous mener, et à chaque fois se dire qu’il n’y a pas une de ces soirées qui ressemble à une autre.

Revoir des amies que je n’ai pas vu depuis deux ans, (on se voyait en salon !), se serrer dans les bras, s’embrasser, se toucher, se regarder.

Et se dire que quand même, le mieux dans la vie ce sont ces relations humaines, chaleureuses, douces, où l’on partage, des fois sans beaucoup de mots, l’essentiel.

Entre chez Eve et Audrey

Visite chez Charlie et Belinda ! … et Joëlle…

Aujourd’hui j’ai rencontré Charlie  et Belinda !

Ils habitent avec Joëlle.

Je n’ai pas rencontré Belinda, tout de suite, sans doute un peu timide elle s’était cachée.

Quel plaisir de papoter avec eux, de s’assoir et de partager un chocolat chaud !

Ils m’ont confié que, régulièrement, ils racontaient à Joëlle leurs aventures, leur joie, leur tristesse, leur colère… tout… 

Joëlle n’avait pu s’empêcher de les dessiner et de poser leurs histoires sur le papier.

Au début, bien sûr Belinda et Charlie avaient été surpris, mais Joëlle avait l’air tellement heureuse de son idée qu’ils avaient accepté de voir leurs aventures transformées en livres !

La folle virée

Ah ! Que de bons moments nous passons à rencontrer, échanger avec de nouvelles personnes, de nouveaux amis ! Partir ainsi à l’aventure de la rencontre, à l’aventure des autres, est riche, doux, pétillant ! Dormir chaque soir dans un lieu nouveau, savoir que nous sommes accueillis chaleureusement, partager, découvrir des familles, leur manière de vivre quelques fois bien différentes mais à chaque fois riche… Quel plaisir !

Quel plaisir que ces soirées sur l’intuition, à chaque fois si diverses puisque jamais les mêmes personnes ! L’intuition sert de fil rouge, mais sur un tel thème, on peut partir vers tous les sujets de vie ! Et puis une envie de continuer le lien, de se revoir, de se dire que ce n’est pas juste une fois en passant. Le lieu est déjà trouvé pour la rencontre toutes et tous ensemble, ou presque ! Reste la date, dans le mois de mars à caler ! Quelle belle virée que cette virée folle, la première, mais certainement pas la dernière !

EnVie

Le jardi-nage

L’ennui

J’ai peur

Page 1 of 14

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén